président de la SACD...

Publié le par Nap

Bonjour,

encore entendu (génération europe 1 du 14 mars au soir)... un apôtre du combat contre la licence globale... j'ai nommé le président de la SACD (société des auteurs et compositeurs dramatiques)... qui est lui même dans le cinéma...

ce Monsieur dit avoir été scandalisé par certains termes entendu lors du débat sur la licence globale comme "LIBRE ACCES A LA CULTURE"

Ahhhhhhh !!! Ciel !!! Mais quel terme barbare !! Horrible !! SCANDALEUX !!

Monsieur le Président de la SACD !! Heureusement que Vous êtes là !! pour nous rappeler aux vrais valeurs et principes démocratiques de l'économie de marché !!

Donc si je comprends bien : la culture est marché totalement privé et chaque "produit" culturel doit donc être vendu afin d'être rentabilisé... sinon c'est la mort du cinéma... de la musique... etc...

Mais alors Monsieur le Cher (.. euh oui en fait ... très cher !) Président... vous serez donc d'accord pour qu'il n'existe plus aucun financement public de la culture... cette dernière ressortant du domaine purement privé et devant faire des bénéfices !!

mais ... peut être n'aviez vous pas réfléchi jusque là.. et quand vous vous réveillerez... il sera trop tard... et seuls certaines "world company" auront trusté tout le domaine culturel !

(en même temps que peut on attendre de quelqu'un qui parle de l'Internet et des réseaux pirates en disant "P deux P" pour "peer to peer"... il n'est surement pas allé très souvent sur la toile... sinon il se serait aperçu que la mention "P2P" était en anglais l'abréviation de Peer to peer... le 2 étant en anglais le "to" ("two")...)

(bon désolé mais je suis nrv !)

et je me souviens de discussions lors d'une réunion au cours de laquelle était évoqué le sujet (novembre dernier avec présence de représentant de la SACEM, SACD et ADAMI) où un intervenant dans le cinéma avait indiqué :

(propos rapportés de mémoire et donc peut être pas tout à fait littéralement les propos tenus)

"et que penser du "pirate" qui installe sur son site un film des années cinquante qui n'est plus disponible nulle part à la vente car les "majors" ne veulent pas investir sur ce "vieux" film. Est-il réellement un pirate ?? ou doit on le considérer comme un garant de l'accès à la culture puisqu'il permet à ce film de continuer à vivre et à être accessible... et dans ce cas... il faudrait penser à l'indemniser pour le prix qu'il paye pour l'espace disque qu'il consacre à ce film... il fait ici oeuvre de service public de la culture..."

Cette réflexion m'avait personnellement marquée... mais apparemment, elle n'avait pas marquée les décideurs (comment ??? il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre car les majors les ont menacé de leur couper les.... zoreilles ?...)

m'enfin

@+

Nap

 

 

Publié dans politics

Commenter cet article

Nap 22/03/2006 20:40

je confirme qu'ils payent bien des honoraires à leurs avocats... mais moi je suis tout à fait d'accord pour donner des consultations "gratuites" avec un abonnement de 10€ par mois par personne.... et avec 25 Millions de personnes abonnées... ;o)

Bertrand 20/03/2006 13:37

Tu crois qu'ils payent des honoraires à leurs avocats, à la SACD ?